Jean-Pierre Bois, François Delprat, Marcel Dorigny, Jean-Paul Duviols, Manuel Hernández González,Antonio Gutiérrez Escudero, Salvador Méndez Reyes, J. Alberto Navas Sierra, Paulino Toledo Mansilla, Thierry Widemann et Michael Zeuske

Jean-Pierre Bois
Est un historien Français spécialiste des relations internationales à l'époque moderne, de la guerre, de la société militaire, de la Révolution Française et des mouvements révolutionnaires. Ancien élève de l'École Normale Supérieure de l'Enseignement technique, agrégé d'histoire et Docteur ès lettres, il est professeur à l'université de Nantes (retraité depuis 2007), membre et ancien directeur du Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA). Jean-Pierre Bois est également président de l'Association régionale des auditeurs de l'IHEDN des Pays de la Loire. Il est l'auteur de La paix : histoire politique et militaire, 1435-1878 (Perrin, 2012) considérée comme la première du genre. Ainsi que des biographies : Dumouriez : Héros et proscrit (Perrin, 2005) et La Fayette (Perrin, 2015).


François Delprat
Est un professeur Français émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III. Docteur ès Lettres ; spécialiste de littérature et civilisation hispano-américaines. Co-fondateur du Centre de Recherches Interuniversitaire sur les Champs Culturels en Amérique latine (CRICCAL, Paris III). Auteur de América latina en vísperas del siglo XXI (1992), Venezuela narrada (ensayos, 2002), Litératures de l’Amérique latine (2009). Traducteur de Cantaclaro de Rómulo Gallegos (1996).


Marcel Dorigny
Est un historien Français, enseignant du département d’histoire de l’Université de Paris 8. Ses recherches portent sur les courants du libéralisme français au XVIIIe siècle et dans la Révolution française, principalement dans les domaines coloniaux : la place de l’esclavage dans les doctrines libérales du XVIIIe siècle ; les courants antiesclavagistes et abolitionnistes, de la Société des amis des Noirs (1788-1799) à la Société française pour l’abolition de l’esclavage (1834-1850) ; les processus d’abolition de l’esclavage dans les colonies d’Amérique, notamment dans le cas de Saint-Domingue-Haïti, et leurs rapports avec les mouvements d’indépendance des colonies américaines, États-Unis puis Amérique espagnole.


Jean-Paul Duviols
Est né à Toulouse en 19361, agrégé d'espagnol et docteur d'État, est professeur émérite de l’université de Paris IV-Sorbonne, où il occupait la chaire de littérature et civilisation latino-américaine. Il est spécialisé dans l'étude de la période précolombienne, des voyages de découverte, de la colonisation ainsi que dans l'analyse iconographique. Il a dirigé de nombreux ouvrages pour les presses universitaires de Paris Sorbonne, dont Le miroir du nouveau monde, paru en 2006. Il anime depuis vingt ans, le premier jeudi de chaque mois, les Tribunes des livres de la Maison de l’Amérique latine2.

Manuel Hernández González
Est un professeur Espagnol Titulaire en Histoire d'Amérique à l' Universidad de La Laguna. Il a été invité comme enseignant et en tant que boursier postdoctoral à l' Universidad de Johns Hopkins à Baltimore. Il a coordonné, pendant quatre ans, le Centre de Documentation des Canaries et des Amériques du OAMC du Cabildo de Tenerife. Il a publié plus de cinquante livres et plus d'une centaine d'études critiques et des articles dans des revues spécialisées. Il est membre de l' Academia de la Historia de Canarias, Cuba, Venezuela et República Dominicana. Il a obtenu six prix pour ses travaux. Il est l'auteur, notamment des ouvrages en lien avec Francisco de Miranda : Los Canarios en la Venezuela colonial (1670-1810),Miranda y su ruptura con España, Ed. Academia Nacional de Venezuela et Ideas. Francisco de Miranda y Canarias.Et les articles portant sur Francisco de Miranda y los jesuitas expulsos et Francisco de Miranda y la masonería.
 
Antonio Gutiérrez Escudero
Est docteur en histoire de l’Amérique (Université de Séville), chercheur au CSIC au sein de l’École d’études hispano-américaines (EEHA). Responsable de la Faculté de philosophie et de lettres à l’Université d’Alcalá de Henares (1986-89) ; à l’EEHA il a occupé le poste de Chef de département d’histoire de l’Amérique (1990-98), vice-directeur (1998-2000) et chef du département d’histoire coloniale et moderne de l’Amérique (2002-2007).Depuis l’an 2000, il est président de l’Association espagnole des américanistes et fait partie de l’Académie dominicaine d’histoire (République dominicaine) et de la Real Academia Hispano-américaine des sciences, des arts et des lettres, basée à Cadix. Il est également consultant scientifique et d'édition de plusieurs revues, parmi lesquelles Anuario Iberoamericano de Historia del Derecho e Historia Contemporánea (Chili), Araucaria (Espagne et Mexique), Chronica Nova, Temas Americanistas, Revista de Indias et Anuario de Estudios Americanos (Espagne). Il est l’auteur de plus d’une centaine de publications, livres, chapitres de livre, articles dans des revues scientifiques dans plusieurs pays, actes de colloques, écrits de divulgation, etc. Les plus notoires sont : Francisco de Miranda y su expedición libertadora de 1806, Simón Bolívar y la Carta de Jamaica, Juan Pablo Viscardo y su Carta dirigida a los españoles americanos. e-mail: agutier@eehaa.csic.es


Salvador Méndez Reyes
Est un chercheur Méxicain au Centre de Recherches sur l’Amérique Latine et les Caraïbes (CIALC) de l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM). Études : Licence et maîtrise en histoire à la Faculté de philosophie et lettres de l’UNAM. Doctorat en études latinoaméricaines au sein de la même faculté. Mention honorable aux trois examens de fin d’études. Le titre de la thèse de doctorat est : Les élites coloniales de la Nouvelle-Espagne et du Chili face à l’Indépendance. Membre du Système national de Chercheurs. Auteur de trois ouvrages: Las élites criollas de México y Chile ante la Independencia, Guanajuato, Centro de Estudios sobre la Independencia de México, 2004, 420 p. El hispanoamericanismo de Lucas Alamán (1823-1853), Toluca, Universidad Autónoma del Estado de México. Centro de Investigación en Ciencias Sociales y Humanidades, 1996, 311 p. Eugenio de Aviraneta y México. Acercamiento a un personaje histórico y literario, México, UNAM. CCYDEL, 1992, 148 p. Auteur de plusieurs chapitres de livres et d’articles de presse spécialisée. Il a donné des conférences au Mexique et à l’étranger. Enseigne actuellement la matière “Libéralisme en Amérique Latine” de la licence en Études Latino-américaines, à la Faculté de philosophie et de lettres de l’UNAM, ainsi que la matière “Histoire et historiographie de l’Amérique Latine” de la maîtrise en Études Latino-américaines de l’UNAM. Il a publié Francisco de Miranda y México, entre autres. www.cialc.unam.mx e-mail : menrey@unam.mx

J. Alberto Navas Sierra
Est un docteur Colombien en Sociologie du Développement (Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales, Santiago de Chile, 1967). Il a ensuite poursuivi des études de doctorat en Sciences juridiques. (Universidad Javeriana, Bogotá, Colombia, 1974). Depuis les années 1960, Jesús Alberto Navas Sierra a travaillé sur divers projets concernant l’Amérique Latine. D’abord, en tant que Ministre plénipotentiaire de Colombie devant l'ancienne Commission de la Communauté Andine des Nations. Par ailleurs, il a co-fondé et présidé la Cámara de Comercio Colombo-Venezolana ainsi que la Asociación española de Cooperación Empresarial. Il est membre de la Academia Colombiana de Historia. Il vit au Mexique où il enseigne à l’Instituto Tecnológico de Monterrey Campus Guadalajara. Il a notamment publié Utopia Y Atopia De La Hispanidad/ Utopia And Atopia of Hispanics: El Proyecto De Confederación Hispánica De Francisco Antonio Zea, Ed. Encuentro, 2000 et dirigé Textos clásicos y documentación sobre la Independencia de América (CD-ROM), Ed. Fundacion MAPFRE-TAVERA, Madrid 2002. Pour plus d'information sur son parcours, veuillez consulter sa page académique. 

Paulino Toledo Mansilla
Est un professeur Chilien d'histoire et géographie (Universidad de Chile, 1983) ; maîtrise d'Histoire universelle (Universidad de Chile 1986) ; doctorat de littérature, mention histoire moderne de la Turquie (Université d'Ankara, 1992). Maître de conférences en Histoire ancienne et moderne au département de sciences sociales de la Universidad de los Lagos (Osorno, Chili, 1986-1990). Actuellement, et en parallèle de ses activités de recherche, il est en charge des affaires culturelles de l'Ambassade du Chili en Turquie, et enseigne également au Centre d'études latino américaines de l'Université d'Ankara. Il a publié le Carnet de Voyage de Miranda en Turquie, entre autres.

Thierry Widemann
Est un historien Français chargé d'études au Service historique de la Défense, il est spécialiste des guerres de l'Antiquité et du XVIIIe siècle. Il a notamment publié La pensée stratégique et a collaboré au Dictionnaire de stratégie. Co-auteur avec Laurent Henninger de Comprendre la guerre : histoire et notions, Editions Perrin, 2012

Michael Zeuske
Est né en 1952 à Halle/Saale, République Démocratique d’Allemagne (aujourd’hui : République Fédéral d’Allemagne). Il est Professeur titulaire à l’Université de Cologne (Universität zu Köln). Dr. Michael Zeuske s’intéresse depuis les débuts de sa carrière à l’histoire politique et sociale, de l’histoire de l’esclavage (les migrations transcontinentales). Ainsi, qu’à l’histoire de l’Atlantique : la comparaison et l’étude des relations entre l’Afrique et l’Europe Centrale avec le monde ibérique. À Cologne Michael Zeuske a travaillé sur les grands axes de la traite négrière atlantique et à l’histoire du racisme, des esclaves et des esclavages. Se concentrant principalement dans les aspects d’intégration des anciens esclaves des société post-abolitionnistes (juridiquement parlant). En analysant les facteurs ethniques et raciaux il a étudié la construction des respectives nations, en particulier, Cuba et Venezuela. En Amérique Latine, ses recherches se basent dans la “Grande Caraïbe” (Cuba, Haitï, Venezuela, Colombia, mais aussi la Floride et la Louisiane avec leur héritage ibéro français). Il a écrit les Histoires de Cuba et de Haitï des biographies des grands hommes du XVIII-XIXème siècles (Francisco de Miranda, Simón Bolívar, Alexander de Humboldt) et il a effectué des recherches comparatives de terrain sur les révolutions modernes, notamment celles du Venezuela et de Haitï. Il a notamment publié Francisco de Miranda und die Entdeckung Europas. Eine Biographie, Hamburg/Münster: Lit-Verlag 1995. (Francisco de Miranda y el descubrimiento de Europa) et Francisco de Miranda y la Modernidad de Hispano América, Ed MAPFRE-TAVERA 2004, entre autres. e-mail : Michael.Zeuske@uni-koeln.de Pour plus d'information sur son parcours, veuillez consulter sa page académique.

Vue du Bastion de Leipzig- Gallica/Département de estampes et de la photographie, BNF 
Vue du Palais Ainala Kavak et de l'Arsenal-Gallica/Département de Estampes et de la photographie, BNF 
 
La famille Fagoaga finança le journal El Colombiano dirigé par Miranda en 1810.
XVIII ème siècle, Peintre anonymeCollection de Concepción Obregón Zaldívar de Valadez. Publié dans la revue Artes de México, N° 25, juillet-août, 1994.
LE COMITÉ SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL DE L’EXPOSITION "SUR LES PAS DE MIRANDA (1750-1816)"  SE COMPOSE DE:

Francois Miranda, général de division dans l'Armée du nord en 1792 par Georges Rouget 1834, huile sur toile
Copyright: Agence photographique de la RMN

L'arbre de la Liberté, Collection De Vinck-Gallica/Département de estampes et de la photographie, BNF 

Escudo de armas y pabellón la República Nueva Granada
Archivo General de la Nación de Colombia
Sección : Mapas y Planos, Mapoteca N°4, Ref : 551-A
 
Escudos de Armas y Pabellón de la Nueva Granada, 1834
Archivo General de la Nación, Colombia
 
cms